Mes Looks

Un condensé d’archives.

Vous qui êtes encore là, merci de me lire. Pour la patience, le soutien, et l’amour inconditionnels que je reçois en retour malgré mon manque d’assiduité par ici, un milliard de merci. Mon dernier article date de juin dernier et pourtant, je pense à vous. Les looks seront de retour, et j’ai pensé qu’il fallait,…… Lire la suite Un condensé d’archives.

Dans mon monde.

Ce que je m’autorise à penser.

C’est un billet écrit avec le cœur, pour le cœur, dont ma plume me sert de tremplin pour partager mes pensées et sentiments les plus profonds. Je suis croyante. Une espèce de bigote qui croit viscéralement au Créateur Infini dans sa parfaite dimension. Une créature imparfaitement parfaite pour qui l’Amour demeure la plus indéniable religion…… Lire la suite Ce que je m’autorise à penser.

Dans mon monde.

J’arrête d’être un robot positif.

J’étouffe. Pour de vrai… J’étouffe de positivité. J’étouffe de m’impatroniser d’être positive à toute force, et je refuse d’être une éternelle machine à déni. J’arrête d’être un robot positif parce que j’ai parfois le droit de craquer. J’ai le droit d’apprendre à mettre un mot sur mes maux, malgré mes lunettes de positivité et par-dessus…… Lire la suite J’arrête d’être un robot positif.

Dans mon monde.

Une prose à l’univers.

  Et pour cette année, je commande une élévation. Une très grande. Qu’elle soit en dent de scie ou pas, avec des épisodes de sécheresse spirituelle ou pas, je la veux. Je commande une réconciliation avec mes émotions. Je veux les accepter, les embrasser, et me rappeler qu’aussi négatives ou positives qu’elles soient, elles sont…… Lire la suite Une prose à l’univers.

Dans mon monde.

Lettre ouverte à mon âme.

Douce âme, J’ai pensé que cette lettre te servirait de vitamine spirituelle quoique tu traverses, et peu importe ton âge dans cette belle enveloppe qui te porte sur terre. Je sais combien c’est acrobatique et profondément épineux de sortir de cette guerre d’émotions, de ressentis et de sentiments. Mais pose ton cœur… Ce cocktail d’affres effervescentes…… Lire la suite Lettre ouverte à mon âme.

Dans mon monde.

Farida Saïdou, enchantée.

Ce  billet est la confession matinale d’une nana détraquée. Celle qui vit de ses imaginations dans le but ultime de fuir la réalité, parce qu’elle croit profondément que l’optimisme finira un jour par créer sa réalité. Une nana peut-être stupide et naïve, mais loin d’être une ganache. Si tu me lis, souviens-toi que j’ai le…… Lire la suite Farida Saïdou, enchantée.

Dans mon monde.

Dieu te punira.

« Dieu te punira » : Aussi angoissante et pétoche qu’elle soit, cette phrase fut le pétrifiant mantra  que je m’efforçais de répéter  toutes les fois où je manquais  de magnifier les normes religieuses. Encore une fois, mon but n’est en aucun cas de faire découvrir une prophétie, ou même manquer de respect aux différentes éducations religieuses reçues.…… Lire la suite Dieu te punira.

Dans mon monde.

Ma plume te parle…

  Belle et imparfaite âme, Si tu me lis, souviens-toi, s’il te plaît que tu demeures une étoile, et que ton devoir est de ne jamais cesser de briller. Je te tutoie sans peut-être te connaître… C’est apaisant, parce qu’en te tutoyant, je te parle à toi, et aussi à chaque petite partie de mon…… Lire la suite Ma plume te parle…

Dans mon monde.

Chère Société.

Chère société, J’ai tant de choses à te dire… En attendant un idéal de toi, je dois te confesser que j’ai longtemps été pétrifiée face aux actes que je devais poser pour être élue au festival des âmes parfaites. Te souviens-tu de ces fois où j’ai pris l’allure d’une mendiante pour te supplier encore et…… Lire la suite Chère Société.

Dans mon monde.

Je préfère ne pas être normale.

Être dans les normes, il n’y a rien de plus logique et judicieux. Et pourtant, je choisis ne pas être normale… Je préfère regarder avec l’âme et être envoutée par une beauté sage et inaltérée, plutôt que de regarder avec les yeux un corps somptueux enveloppant une âme perverse. S’il faut vivre selon la loi…… Lire la suite Je préfère ne pas être normale.