Dans mon monde.

Je préfère ne pas être normale.

Être dans les normes, il n’y a rien de plus logique et judicieux. Et pourtant, je choisis ne pas être normale…

Je préfère regarder avec l’âme et être envoutée par une beauté sage et inaltérée, plutôt que de regarder avec les yeux un corps somptueux enveloppant une âme perverse.

S’il faut vivre selon la loi du plus fort et piétiner celle du plus aimant, non merci, je vous laisse la place.

Je préfère vivre une foi sincère, vadrouillant à poil dans les rues, plutôt que d’être emprisonnée dans un tissu, sur un tapis avec une foi de Judas.

S’il faut donner et espérer quelque chose en retour, je préfère recevoir le prix Nobel de l’avarice.

Non, mon amour ne sera pas défini en fonction de mes possessions, ni d’une réussite médiatisée. Il sera défini par l’Amour lui-même, et rien de plus.

Si je devais ouvrir une bibliothèque, elle sera certainement le répertoire de mes gratitudes, les plus profondes de chaque bénédiction recueillie en fin de journée, agrémentée par un rayon nommé bonheur, un couloir de plénitude et le nombre de fois dans cette vie où j’ai vraiment, et profondément, ouvert mon cœur, que j’ai aimé, et que je me suis réalisée.

Je préfère me retirer dans une cabane sur la plage pendant six mois à dialoguer  avec mon âme, que de mener une discussion avec des démons déguisés en anges.

Oui, je préfère manger seule un plat pour 10, me remplumer, à défaut d’être entourée de personnes futiles autour d’un repas.

Je n’ai pas besoin d’un diplôme pour prouver que je suis intelligente. Viens, on discute, tu sauras si je suis dépourvue d’intelligence ou non.

Bien sûr, j’opterai pour un travail que j’aime et dans la liberté. Par contre, je ne travaillerai pas sans relâche pour ne gouter à la vie que lorsque mon organisme sera caduc et flapi. Non, je ne le ferai pas!

Je préfère parler cette langue universelle que l’on appelle silence, plutôt que de répondre à une infinité de paroles incomprises.

Je préfère être fauchée par moment, plutôt que d’être impressionnée par une bourgeoisie d’illusion.

S’il faut se dire bonjour, le sourire jusqu’aux épaules avec cœur renfrognant et bouillonnant de haine, je préfère ne pas être sociable.

Je n’attendrai pas une fin heureuse, le bonheur est mon chemin. Je suis heureuse, je suis le bonheur et j’attire le bonheur.

Je préfère ne pas être normale.

Avec tout mon Amour!

13 réflexions au sujet de « Je préfère ne pas être normale. »

  1. Je lis, je relis et pourtant je vis et ressent toujours la même émotion qu’a la première lecture. La est bien la plume d’un écrivain. Continue sur ta trajectoire. Tu pense sûrement n’impacter personne avec tes mots mais sur le chemin de ta pensée, c’est des âmes qui et des cœurs que tu touches.
    🙏🏾

    Aimé par 1 personne

  2. Merci ma belle t’es propos nous laisse méditer sur l’aspect de notre vie quotidienne et de notre monde intérieure .big up
    ma sha Allah

    J'aime

  3. Waooh!!!
    Vous êtes le bonheur Farida!!! Vos propos sont si profonds. Ils reflètent la beauté même de votre âme. On dit que tout homme détient une étincelle divine en lui. C’est certainement votre cas. Toujours un vrai bonheur de vous lire.

    Aimé par 1 personne

  4. Belle analyse de nos réalités et du quotidien de l’humain. L’amour a laissé sa place à du politiquement correcte. Bravo pour cette rédaction, elle est pure et pleine de sens.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s